Assurances annuaire

Le bon coin des assurances en France

Catégorie : Mutuelle (Page 1 sur 2)

Mutuelle santé optique pour répondre aux problèmes de vue des seniors

 

Avec l’âge, de nombreux seniors sont confrontés à des problèmes de vue : baisse de l’acuité visuelle, opération de la cataracte… Cela exige une couverture santé adéquate étant que le remboursement de l’assurance maladie est insuffisant. Du coup, une bonne partie des frais reste toujours à la charge du patient. Souscrire à une mutuelle santé optique répond aux besoins spécifiques des seniors. Les formules sont modulables en fonction des postes de dépenses majeurs. Une mutuelle santé renforcée en optique permet d’optimiser les remboursements complémentaires de manière optimale. Plusieurs types de mutuelles optiques sont accessibles aux retraités, mais il faut reconnaître que toutes ne se valent pas. Il faut donc faire attention à ne pas se laisser séduire par des chiffres qui, dans les faits, ne permettront pas d’obtenir un remboursement significatif.

 

Une couverture complémentaire à la Sécurité sociale

L’intérêt de souscrire une mutuelle avec un certain poste de santé renforcé est de ne laisser que très peu de frais, voire aucune, à son souscripteur. Une mutuelle peut rembourser à 100 % les frais d’optique. Au premier abord, les 100 % proposés sont très attractifs, mais ceux-ci correspondent en fait au tarif conventionnel fixé par la Sécurité sociale, les opticiens et les professionnels de santé. Les assurés sont donc remboursés à 100 % du tarif de convention et devront encore payer le reste de leur poche. D’autres mutuelles proposent un forfait optique à l’année, le niveau de remboursement est bien plus intéressant. Il faut une mutuelle haut de gamme pour recevoir un remboursement intégral.

 

Une mutuelle optique destinée aux seniors et retraités

La mutuelle santé senior renforcée en optique permet de limiter les dépenses optiques : montures de lunettes, verres de correction et progressifs et lentilles de contact. Les garanties sont modulables pour bénéficier de taux de remboursement intéressants. A noter que la souscription d’une mutuelle en couple est intéressante comme elle permet de réaliser des économies. Les lunettes coûtent toujours très cher, quels que soient l’âge, le sexe ou la raison pour laquelle un senior en a besoin. Les lunettes peuvent encore devenir plus chères quand il vous faut des verres spécifiques. Pour rembourser le prix déjà élevé de la monture et des verres, une mutuelle avec des garanties renfoncées en optique est indispensable. Comme tous les contrats ne sont pas égaux en matière de remboursement et de couverture optique, il est utile d’utiliser un comparatif de mutuelle optique.

 

Le remboursement des dépenses en optique

Comme on le sait déjà, le remboursement de la Sécurité sociale est très bas lorsque l’on achète des lunettes. En effet, la base de remboursement de la Sécurité sociale est trop faible comparée aux sommes engagées pour l’achat des lunettes. La caisse de l’assurance maladie effectue le remboursement en fonction d’un tarif de convention de la correction des verres ou des lentilles de contact commandées.

Une meilleure mutuelle optique pour senior propose une prise en charge immédiate sans délai de carence. Mais sur certains contrats, le délai de carence peut être un atout à long terme si l’assuré n’a pas de besoin immédiat en couverture. Les mutuelles offrent des prestations efficaces et importantes une fois que le délai de carence est dépassé. Rappelons que le délai de carence est la période pendant laquelle l’assuré ne sera pas pris en charge sur les frais engagés. Il n’est pas systématique et peut donc varier d’une mutuelle à l’autre.

Les différents postes de soins remboursés par une mutuelle senior

 

La mutuelle senior se caractérise par des formules qui sont particulièrement adaptées aux risques de santé liés au vieillissement. Les assurés ne cotisent plus que pour des garanties qui leur sont indispensables. C’est donc une mutuelle qui est spécifiquement adaptée aux besoins des seniors. Contrairement à une mutuelle classique pour étudiant ou pour famille, une mutuelle senior offre des protections particulières en matière de santé avec des renforcements au niveau des soins hospitaliers, dentaires, optiques, auditifs, mais également au niveau de la pharmacie et des soins annexes comme la médecine douce.

 

La mutuelle senior hospitalisation

Le renforcement de la garantie hospitalisation permet aux seniors d’accéder à une meilleure prise en charge des frais hospitaliers et parfois des frais de confort (chambre particulière, lit accompagnant, téléphone, télévision…) selon le niveau de couverture choisi. Quant au soin, la mutuelle propose une meilleure couverture des consultations médicales avec ou sans dépassements honoraires, ainsi que des frais d’anesthésie, de chirurgie, d’analyses, de vaccins et de soins hospitaliers à domicile en cas d’affection de longue durée ou encore de thérapies. Le remboursement de la Sécurité sociale sur les soins hospitaliers est de 70 à 80 % du tarif de base.

 

La mutuelle senior dentaire

Beaucoup de seniors sont concernés par les problèmes dentaires. Les tarifs de soins sont tout simplement inaccessibles pour certains. La mutuelle dentaire senior complète le remboursement de l’assurance maladie sur les soins dentaires, la pose d’appareils dentaires (implants, prothèses dentaires, bridges et couronnes), les traitements d’orthodontie et la parodontologie. La Sécurité sociale prend en charge les soins dentaires à hauteur de 70 % du tarif de base. Sachez toutefois que les implants et l’orthodontie ne sont pas pris en charge. Et les dépassements d’honoraires sont fréquents.

 

La mutuelle senior optique

L’optique est un poste de santé aussi important que le dentaire pour les seniors. Avec l’âge, la vision diminue et la mutuelle senior optique est nécessaire pour compléter la prise en charge de l’assurance maladie pour les soins optiques, le changement de lunettes ou de lentilles de contact, la chirurgie et les consultations chez l’opticien. Le remboursement de la Sécurité sociale sur les soins optiques est de 60 % du tarif de convention.

 

La mutuelle senior audition

Tout comme les deux postes de santé précédents, l’audition concerne beaucoup de seniors. Le renforcement de la mutuelle senior audition est nécessaire pour couvrir les frais liés aux soins auditifs, appareillage auditif (classe A, B, C ou D) et leurs accessoires, les séances de l’audioprothésiste… Seuls les appareillages auditifs figurant sur la Liste des Produits et Prestations sont pris en charge par la Sécurité sociale à hauteur de 60 % du tarif de convention.

 

La mutuelle senior pharmacie

La mutuelle senior prend en charge les dépenses sur les médicaments prescrits, à vignettes bleu, blanche ou orange et les pharmacies non prescrites. La prise en charge à 100 % du tarif de convention proposée par  la Sécurité sociale est limitée aux médicaments achetés sur ordonnance.

 

La mutuelle senior médecine douce

La médecine douce n’est pas remboursée par la Sécurité sociale étant des dépenses « hors nomenclatures », sauf pour les traitements d’acupuncture et homéopathie pratiqués par des professionnels de santé conventionnés. Le remboursement est de 35 % du tarif de base. La mutuelle senior médecine douce permet de tout prendre en charge : cures thermales, homéopathie, ostéopathie, chiropraxie, acupuncture…

Mutuelle santé et contrat d’accès aux soins pour limiter les dépassements d’honoraires

En 2013, l’Assurance maladie a mis en place le Contrat d’Accès aux Soins (CAS) pour limiter les dépassements d’honoraires des médecins spécialistes en secteur 2. Ces derniers, contrairement aux médecins de secteur 1, sont libres de pratiquer leurs tarifs. Cela représente souvent une énorme dépense pour les patients. Les seniors qui ne disposent pas d’une bonne couverture de mutuelle santé sont pénalisés par ces consultations auprès des médecins de secteur 2. Les médecins adhérents au contrat d’accès aux soins s’engagent pendant trois ans à ne pas augmenter le montant de leurs dépassements d’honoraires. Le montant de leur consultation ne dépasse pas 200 % du tarif de base de la Sécurité sociale.

 

L’intérêt du contrat d’accès aux soins pour les patients

En France, les praticiens en secteur 2 pratiquent des dépassements d’honoraires parfois très élevés. Le problème est que la Sécurité sociale ne rembourse pas les consultations dans son intégralité. Il est devenu courant chez les patients notamment les seniors et les ménages plus modestes de repousser les soins compte tenu de ce coût élevé de la consultation ou de l’examen médical en secteur 2. Il va de soi que le refus de soins a de conséquences plus importantes sur la santé et engendrera par conséquent des dépenses encore plus substantielles. En raison du coût de l’assurance santé, beaucoup de personnes choisissent une mutuelle santé qui prend en charge une partie ou la totalité des dépassements d’honoraires ou seulement.

Avec le Contrat d’Accès aux Soins, les patients profitent depuis 2013 de tarifs plus avantageux sur les consultations de certains médecins de secteur 2. De plus, les consultations malgré des dépassements honoraires plus importants sont mieux remboursées par l’Assurance maladie et la mutuelle santé. Les patients couverts par une mutuelle dite responsable bénéficient, depuis le 1er janvier 2016, deux types de remboursements selon que les médecins sont des signataires du CAS ou non. Les remboursements des consultations de médecins signataires de CAS sont au minimum de 20 % supérieurs à celles de médecins non-signataires.

 

Cas de remboursement des consultations auprès des médecins en secteur 2

Prenons l’exemple d’un médecin de secteur 2 qui pratique une consultation à 50 €. Si le médecin a adhéré au contrat d’accès aux soins, le remboursement de l’Assurance maladie et de la mutuelle est effectué sur la base de remboursement (BR) de 28 €. La Sécurité sociale prend en charge 70 % de la BR, soit 18,60 €. Si la mutuelle santé propose un remboursement à 130 % de la BR, la consultation sera remboursée dans son intégralité (hors participation forfaitaire de 1 €). A l’inverse, le remboursement de l’Assurance maladie se fait sur une base minorée (23 € au lieu de 28 €) si le médecin n’est pas signataire du contrat d’accès aux soins. Le remboursement de la Sécurité sociale sera de 15,10 €. La mutuelle propose généralement un remboursement à hauteur de 110 % de la BR afin de respecter l’écart de remboursement de 20 % avec les médecins en CAS. Le remboursement de la mutuelle sera de 25,30 €. Il y a donc un reste à charge de 9,60 € sur la consultation de 50 €.

Le remboursement de la sécurité sociale, le reste à charge pour la mutuelle santé senior

Pour les dépenses de santé, la Sécurité sociale prend en charge une partie par l’intermédiaire de l’assurance maladie, le patient prend en charge l’autre part après déduction du remboursement de la Sécurité sociale. La plupart des soins courants sont remboursés par la Sécurité sociale, mais de manière partielle en se basant sur le tarif de convention. Le reste à charge du patient varie en fonction du poste de dépense. A noter que certains postes de santé ne sont pas remboursés par l’assurance maladie, notamment chez les seniors, d’où l’intérêt de souscrire une mutuelle santé senior pour couvrir les dépenses liées aux soins. Là encore, le niveau de remboursement dépend du niveau de garanties et des postes de santé que l’assuré avait renforcés. Souscrire une mutuelle santé senior haut de gamme permet de bénéficier d’une couverture optimale et un remboursement élevé pour tous les postes de dépenses de santé. Mais la prime est habituellement extrêmement élevée pour les seniors compte tenu de leur revenu. Pour bénéficier d’une couverture optimale sans forcer sur son budget, il convient de déterminer ses besoins réels en matière de santé et renforcer les postes de dépense les plus utilisés.

Remboursement de l’assurance maladie et le reste à charge

Les professionnels de santé et les organismes de Sécurité sociale ont établi des conventions sur les tarifs des prestations de soins. La Sécurité sociale se base ensuite sur ces tarifs de convention pour déterminer le montant des remboursements, appelé « base de remboursements ». C’est à partir de ce montant que le calcul de la prise en charge de la Sécurité sociale et de la mutuelle santé est effectué. On parle alors de « reste à charge ». Pour une consultation chez un médecin généraliste de secteur 1 par exemple, la base de remboursement est de 25 euros. Sur ce montant, la Sécurité sociale rembourse 70 %, soit 16,10 euros qui après déduction de 1 euro de participation forfaitaire revient à 15,10 euros. La somme restante ou reste à charge devra être réglé par le patient s’il ne dispose pas d’une mutuelle santé après que la Sécurité sociale ait effectué son remboursement.

Les frais pris en charge par la Sécurité sociale

La Sécurité sociale propose un remboursement de 30 à 60 % pour les médicaments (en fonction de la vignette) et de 60 % pour l’optique, l’audition, les analyses, les soins infirmiers et les consultations de kiné ou de podologue. En revanche, les médecines douces et autres spécialités non conventionnées ne bénéficient d’aucun remboursement de la part de l’assurance maladie. La mutuelle senior prend en charge ces postes de dépense.

Reste à charge de la mutuelle santé

Le reste à charge peut comprendre selon les circonstances et les types de soins le ticket modérateur (pour tous types de soins avec un montant différent selon l’acte réalisé), la participation forfaitaire de 1 euro (participation solidaire obligatoire pour préserver le système d’assurance maladie universel français), la franchise médicale (pour les médicaments, les actes paramédicaux et les transports médicaux), le forfait 18 euros (pour les actes d’un montant supérieur ou égal à 120 euros) et le forfait hospitalier (frais d’hébergement lors d’hospitalisation).

Hausse du taux de croissance des contrats maladie complémentaire  et des contrats au premier euro

La souscription d’une mutuelle senior est indispensable pour rembourser le reste à charge des seniors après les soins. Les assurés peuvent choisir le niveau de remboursement et les postes de santé à renforcer pour bénéficier d’une couverture optimale en toute circonstance. Il est aussi important d’avoir une assurance maladie, car la complémentaire santé est prévue pour rembourser les frais non ou moins prise en charge par la Sécurité sociale. Une protection complémentaire santé est proposée gratuitement pour les Français : la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Elle est accordée pour un an et son attribution se fait sous conditions de résidence et de ressources. D’après l’étude réalisée par le fonds CMU-C, le taux de croissance des Assurances maladie complémentaire a progressé en 2017.

1,59 million de consommateurs de produits d’assurance maladie complémentaire

Depuis plusieurs années, le taux de croissance des contrats maladie complémentaire connait une continuelle progression. Selon le rapport du fonds CMU-C, ce taux est actuellement très élevé avec plus d’un million d’usagers. En effet, de plus en plus de personnes font usage de ces types de contrats au cours de ces cinq dernières années avec une hausse de 7,9 % pour l’année dernière. De 2012 à 2017, le nombre de clients des établissements d’assurances maladie complémentaire est passé de 1,01 à 1,59 million. Le taux de consommation d’une assurance maladie complémentaire est en hausse de 75,8 % en 2017, mais il est en baisse de 1,8 point par rapport en 2016 et de 24,2 points par rapport en 2015. La consommation des contrats ACS du type A, B ou C est le plus important avec 1,21 million d’usagers en une année, soit une croissance de 8,3 %. Le contrat du type A est l’assurance la moins consommée tandis que le contrat C est le plus sollicité par les Français avec 40 % des usagers. Le rapport note aussi que l’évolution du taux de croissance a engendré le développement de la TSA (Assiette de la taxe de solidarité additionnelle). L’assiette TSA a atteint un taux de croissance de 2 % en 2017, soit une trentaine de milliards d’euros environ.

Forte croissance des contrats au premier euro

Les contrats au premier euro enregistrent une forte hausse. Une grande partie des contrats au premier euro est composée de contrats classiques responsables qui ont favorisé cette performance : hausse de 3,4 %. Le rapport du fonds CMU-C précise que les principaux acteurs de la complémentaire santé rapportent beaucoup à l’assiette totale de la TSA. Parmi les 477 établissements de la complémentaire santé, les cinq meilleurs établissements ont contribué à hauteur de 40 % sur la somme totale de la hausse tandis que les cinq entités ayant enregistré des assiettes déficitaires représentent 38 % de la baisse de ce montant. La nature des contrats influence généralement les résultats. Si certains enregistre une croissance remarquable, d’autres sont en forte régression : contrats au premier euro (105,50 %), contrats agriculteurs non responsables (45,80 %), contrats classiques responsables (3,40 %), contrats IJ non-responsable (2 %), contrats classiques non responsables (1,50 %), contrats agriculteurs responsables (-6,90 %), contrats IJ responsable (-21,50 %) et contrats art. 998 CGI (-45,90 %).

Souscrire une mutuelle santé pour compléter le remboursement de la sécurité sociale

Actuellement, faire l’impasse sur une complémentaire santé est inconcevable pour la simple raison que les frais de santé sont très élevés et constituent une grosse charge pour les ménages. C’est surtout le cas pour les seniors, dont les dépenses en santé deviennent plus importantes avec le renforcement de certains postes de santé. Tous les ménages le savent, il n’est plus possible de se reposer uniquement le remboursement de l’assurance maladie ou encore de la complémentaire professionnelle. Ces couvertures maladie permettent de prendre en charge ses frais de santé, mais il faut croire qu’elles sont souvent incomplètes. Trouver une bonne mutuelle santé n’est pas si difficile que cela en à l’ère, car il suffit de souscrire le contrat qui offre la meilleure prestation selon ses besoins et aussi de ses moyens. Selon sa situation, il est donc possible de souscrire une mutuelle de santé pour salarié, indépendant, étudiant, famille, femme enceinte, senior… Ce qu’il faut avant d’en souscrire un est qu’une bonne mutuelle doit apporter un bon niveau de remboursement et des garanties plus étendues en matière de frais de soins médicaux des plus basiques aux spécifiques, des remboursements de médicaments, de frais dentaires et optiques ainsi qu’aux frais d’éventuelles hospitalisations. Tous les postes de santé dont l’assuré a besoin doivent être couverts, car les frais de santé pourraient avoir des conséquences désastreuses sur le quotidien financier des patients. La souscription d’une mutuelle santé est donc indispensable.

Qu’est-ce que la mutuelle santé ?

La mutuelle santé est un contrat d’assurance facultatif qui permet de recevoir un remboursement des soins non ouverts ou moins pris en charge par la sécurité sociale. Le remboursement de la mutuelle santé en échange des cotisations versées par l’assuré permet donc de compléter le remboursement de l’assurance maladie. A noter que le niveau de couverture, c’est-à-dire le niveau de remboursement, varie en fonction du contrat souscrit par l’assuré pour lui-même et ses ayants droit. Lors d’une visite chez le médecin par exemple, la mutuelle propose de rembourser le reste à charge du patient : ticket modérateur, dépassements d’honoraires… Le ticket modérateur est pour rappel la somme reste à charge du patient après le remboursement de la sécurité sociale. Le remboursement de la mutuelle santé est basé sur le tarif conventionné.

Divers types de contrats de mutuelle santé

Plusieurs types de complémentaires santé existent, chacune s’adapte au profil de l’assuré : seniors, retraités, étudiants, jeunes actifs, fonctionnaires, famille… Pour les seniors et retraités, les postes de santé les plus privilégiés compte tenu de leur âge sont l’hospitalisation, le dentaire, l’optique, l’audition et la médecine douce. Les remboursements de l’assurance maladie sont très faibles alors que le renforcement de ces postes est indispensable pour les seniors. Selon les besoins en matière de santé, d’autres garanties sont proposées en complément de la garantie de base. Pour les étudiants en jeunes actifs, plusieurs types de contrats leur sont accessibles avec un large niveau de couverture selon leurs besoins. La mutuelle peut par exemple prendre en charge les vaccins exotiques en vue des voyages à l’étranger. Depuis le 1er janvier 2016, les employeurs du privé bénéficient obligatoirement d’une couverture complémentaire santé collective. La mutuelle d’entreprise est semblable pour l’ensemble des salariés en complément des garanties de base d’assurance maladie de la Sécurité sociale.

Renonciation à la mutuelle santé, la proportion des jeunes et des ménages aux revenus modestes augmente !

La mutuelle santé est un contrat d’assurance indispensable pour obtenir un remboursement des frais de santé qui restent à la charge des patients après la prise de leur assurance maladie. Si la souscription de mutuelle connait une croissance importante chez les seniors, elle l’est moins chez les jeunes selon une enquête menée par le cabinet Epsy pour le compte de la Fédération nationale indépendante des mutuelles (FNIM). En effet, les seniors sont de plus en plus nombreux à souscrire un contrat mutuelle santé senior sachant qu’il leur faut une complémentaire mieux adapté à leurs besoins grâce au renforcement de certains postes de santé et à la suppression de ceux qui deviennent superflux avec l’âge. Selon leurs besoins et leur état de santé, un senior peut choisir une formule personnalisée avec un renforcement des garanties et un remboursement plus élevé des différents postes de santé proposés par la mutuelle : dentaires, audition, optique, pharmacie, soins en médecine douce, dépassements d’honoraires, hospitalisation, traitements de maladies chroniques et aide à domicile. Du côté des jeunes, la proportion de jeunes n’ayant pas de mutuelle santé a augmenté en 2017 qui, selon l’étude, est due principalement à des raisons économiques.

1 jeune sur 4 sans mutuelle

L’enquête du cabinet Epsy sur la demande de la Fédération nationale indépendante des mutuelles (FNIM) révèle que de moins en moins de jeunes de 18 et 24 ans bénéficient d’une mutuelle, un jeune sur 4. Seuls 75 % d’entre eux disposent d’une mutuelle en 2017, ce qui est en retrait de 4 points par rapport en 2016. Ce taux de souscription à la mutuelle santé chez les jeunes est en dessous de l’ensemble de la population avec 93 % 2017. Mais il faut croire que cette renonciation ne concerne pas seulement les jeunes. En effet, une proportion d’individus aux revenus modestes, c’est-à-dire ceux avec un revenu annuel de moins de 20 000 euros, ne disposent pas non plus de complémentaire santé. La souscription à la mutuelle représente 84 % de cette population. Ces personnes se contentent donc des remboursements de la Caisse assurance maladie et paient de leurs poches les restes à charge. Ces taux de renonciation sont assez alarmants en tenant compte de certaines réformes prises sous la présidence de François Hollande qui envisageait de généraliser la couverture d’une mutuelle.

Une renonciation pour des raisons économiques

Selon Philippe Mixe, président de la Fédération nationale Indépendante des Mutuelles (FNIM), la volonté de généraliser la complémentaire santé n’a pas abouti au résultat escompté, car les dernières réformes n’ont pas touché le public cible. En effet, les jeunes ainsi que les ménages aux revenus modestes ont tendance à renoncer aux remboursements d’une complémentaire santé pour des raisons économiques : 59 % chez les jeunes et 57 % chez les personnes aux revenus modestes. Le baromètre annuel du cabinet Epsy apprend aussi que 46 % de l’ensemble de la population renoncent à la mutuelle santé pour les mêmes raisons.

L’Assurance maladie, une mise en demeure pour plusieurs insuffisances de sécurité

 

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a mis en demeure l’Assurance maladie en raison de plusieurs insuffisances de sécurité sur le fichier informatique utilisé depuis 1999 pour les données personnelles de tous les Français. La Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam) gère 61,5 millions d’assurés et recense chaque année environ 11 millions de séjours hospitaliers, 500 millions d’actes médicaux et 1,2 milliard de feuilles de soins. Selon la Cnil, ce système informatique n’est pas assez sécurisé. Même s’il n’y a pas de faille majeure, l’insuffisance de sécurité est susceptible de fragiliser les quantités l’Assurance maladie. La sécurisation des données est indispensable compte tenu du nombre de Français disposant d’une assurance maladie avec ou sans assurance complémentaire santé, y compris les seniors.

Pas de faille majeure, mais plusieurs insuffisances de sécurité

Le régulateur a analysé l’une des plus grandes bases de données en Europe, à savoir le Système national d’information inter-régimes de l’Assurance maladie (SNIIRAM). Créée en 1998, cette base de données regroupe les informations liées aux remboursements des caisses d’assurance maladie en France, et pilote le système de santé grâce au suivi en temps réel des dépenses. Elle recense les données des patients (nom, adresse, numéros de sécurité sociale, médecin traitant…) et les soins remboursés (actes médicaux, feuilles de soins, séjours hospitaliers…). Lors de cette analyse, la Cnil a relevé plusieurs insuffisances de sécurité pouvant à terme fragiliser la Sniiram malgré l’absence de faille majeure. Le régulateur a constaté une faille sur la technique de « pseudonymisation » qui est censée garantir la sécurité des informations, dont l’accès au fichier necessite une autorisation.

La Cnil constate également des failles au niveau de la procédure de sauvegarde, d’extraction de données individuelles et de la sécurité des postes de travail des utilisateurs du Sniiram. L’Assurance maladie a été ainsi mise en demeure de se conformer aux règles en matière de sécurité pendant les trois prochains mois. Cette procédure de mise en demeure a été prise par la Cnil suite à une série de contrôles réalisés de septembre 2016 à mars 2017. Rappelons qu’on 2016, la Cour des comptes avait déjà donnée alerte sur la façon dont les informations sensibles étaient gérées par l’Assurance maladie. Dans son rapport, la Cour des comptes dénonçait des problèmes de sécurité liés à un pilotage défaillant ainsi que des lacunes et des défaillances à corriger sans attendre.

Un rôle de gendarme

Les fichiers contenant des données sensibles sont tenus à des obligations légales selon la loi informatique et Liberté de 1978 de sort que la Sécurité sociale ne puisse pas porter atteinte à la vie privée des Français. La Commission nationale informatique et liberté a été créée dans cette optique pour jouer un rôle de gendarme contre l’exploitation abusive de ces fichiers et les dérives potentielles de l’État. Toutefois, la Cnil n’est pas habilitée à prendre des sanctions pécuniaires contre un organisme public comme la Caisse nationale de l’assurance maladie telle précisée par l’article 47 de la loi du 6 janvier 1978. La mise en demeure n’est donc pas une sanction, mais un rappel à l’ordre.

Des mesures de renforcement en vue

Dans un communiqué, l’Assurance maladie annonce la mise en place de mesures de renforcement supplémentaires concernant notamment la pseudonymisation des données des assurés sociaux par l’utilisation de nouveaux algorithmes. Et ce, malgré les efforts déjà investis dans les politiques de sécurité informatique au cours de ces dernières années.

Demander une ACS pour surveiller son budget mutuelle santé senior

 

A la retraite, le revenu diminue alors qu’il y a des charges qu’il ne faut pas négliger : c’est le cas de la mutuelle santé senior. La souscription d’une complémentaire santé pour senior est indispensable comme les besoins de santé augmentent avec l’âge et les frais de santé d’un senior sont assez élevés. Lorsque le montant de la retraite est faible, c’est-à-dire juste au-dessus du seuil plafond d’attribution de la CMU-C, le retraité peut obtenir une Aide pour une Complémentaire Santé (ACS). Cette aide financière permet de payer la mutuelle santé du senior, que ce soit un contrat en cours ou un contrat nouvellement choisi, sachant que ce contrat facilite l’accès aux soins grâce à la prise en charge la part complémentaire de ses dépenses de santé. Pour les personnes âgées de 60 ans et plus qui sont éligibles à l’ACS, une aide de 550 € par an leur est accordée. Le senior peut ainsi accéder à un contrat d’assurance complémentaire santé, mais également à une attestation chèque assurant la réduction des cotisations et une dispense d’avance des frais de pris en charge. Quelle que soit la situation d’un retraité donc, il peut souscrire une mutuelle santé avec un renforcement des postes de santé qu’il juge importants selon son état de santé et ses besoins. Avant de souscrire une complémentaire santé, il est important de faire un bilan de santé pour s’assurer que le contrat choisi est parfaitement adapté à sa situation, autant en termes de coût que de garanties.

Une dépense de santé mieux maîtrisée

L’ACS est une aide financière accordée aux personnes, dont les ressources sont légèrement supérieures au plafond d’éligibilité du CMU-C qui est fixé actuellement à 8 592,96 euros de revenus annuels. Le plafond de l’ACS est aujourd’hui fixé à 11 600,49 euros par an. Une Aide pour une Complémentaire Santé donne droit à une somme d’argent destinée à payer son contrat de complémentaire santé. Cette aide financière permet de réduire le montant de la cotisation annuelle d’une mutuelle santé pour senior, et dans certains cas de le prendre en charge entièrement. Concrètement, le retraité est dispensé totalement de l’avance des frais de consultations et bénéficie des tarifs médicaux sans dépassement d’honoraires dans le cadre d’un parcours de soins coordonnés. Cela s’applique chez tous les praticiens même ceux pratiquant des honoraires libres, sauf en cas d’exigences particulières de la part du senior, dont la visite en dehors des heures habituelles de consultation ou encore la visite à domicile non justifiée… Le senior est aussi dispensé des franchises médicales et de la participation forfaitaire de 1 €.

Conditions d’attribution

Pour accéder à l’ACS, accordée pour un an et renouvelée chaque année, le senior doit respecter le plafond annuel de ressources fixé par l’Assurance Maladie. Ce plafond est fixé selon le plafond d’attribution de la CMU-C. les ressources du souscripteur à la mutuelle senior doivent être ainsi comprises entre le plafond de ressources de la CMU-C et sa majoration de 35 %. Les ressources prises en compte dans l’octroi de l’ACS sont celles des douze derniers mois. Elles peuvent varier en fonction du lieu de résidence et de la composition du foyer. Le senior doit aussi respecter certaines conditions comme la résidence en France depuis plus de trois mois.

Complémentaire santé pour les seniors, les points à vérifier !

La complémentaire santé pour senior ou mutuelle senior est une assurance intéressante pour les personnes souhaitant faire valoir leurs droits à la retraite dans peu de temps et aussi pour les retraités envisageant de changer de complémentaire santé. La souscription d’une assurance complémentaire santé senior est importante pour renforcer les postes de santé indispensables et écarter les postes qui ne sont plus nécessaires. En effet, certaines garanties sont indispensables lorsqu’une personne atteint un certain âge. Ce sont notamment le cas de l’hospitalisation, l’appareillage auditif, les équipements optiques et les prothèses dentaires. Le renforcement de ces postes est nécessaire pour mieux couvrir les frais comme ils sont très peu couverts par l’assurance maladie. Pour l’hospitalisation par exemple, une mutuelle santé adaptée au senior permet de couvrir les dépassements d’honoraires médicaux et les frais pour chambre individuelle. Selon l’état de santé de l’individu souhaitant souscrire une mutuelle senior, l’ajout de certaines garanties optionnelles peut être intéressant. Une couverture complémentaire sur certains soins comme la chirurgie réfractive des yeux, soins de pédicure, vaccins « exotiques », médecines douces (acupuncteur, ergothérapeute, ostéopathe …) est recommandé étant donné que ces soins ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie. Le souscripteur peut aussi, au besoin, ajouter d’autres garanties comme l’assistance en cas de maladie grave ou d’hospitalisation à domicile. Le choix d’une mutuelle senior est aussi intéressant dans la mesure où le prolongement de la complémentaire santé proposée par l’employeur n’est pas forcement utile.

Les points à vérifier pour tous contrats d’assurance

Comme tous autres contrats d’assurance, une mutuelle senior comporte certains points qui méritent toutes ses attentions avant de souscrire un contrat afin d’éviter toutes surprises au moment de faire jouer sa complémentaire santé. De nombreuses garanties deviennent inutiles lorsqu’on prend sa retraite alors que l’assureur compte toujours ces garanties dans le calcul de la mutuelle santé. On peut citer entre autres forfait maternité, orthodontie pour les moins de 16 ans ou encore le forfait contraceptifs oraux. D’autres deviennent indispensables alors qu’elles ne sont pas forcément incluses dans le contrat initial ou leurs prises en charge sont tout simplement limitées : cure thermale, appareillage auditif … A noter aussi que la vigilance doit être de mise, car certains contrats comportent des limites d’âge au-delà desquelles la souscription ne sera plus possible. Ce délai est généralement d’un et trois ans. En cas d’hospitalisation ou de soins mettant en jeu le contrat pendant cette période de carence, il n’y aura pas d’indemnisation. Dans le cas d’un état de dépendance survenant pendant ce délai de carence, l’assureur peut rembourser les cotisations versées au titre de la garantie dépendance. Plusieurs contrats d’assurance prévoient une franchise. Dans le cas d’une complémentaire santé, la franchise peut s’appliquer lorsque le seuil d’intervention de l’assureur n’est pas atteint ou lorsqu’une certaine somme restera à la charge de l’assuré après intervention de l’assureur. Comparer les différentes offres est le seul moyen pour un senior de trouver une assurance bien adaptée à ses besoins, c’est-à-dire pouvant couvrir les frais médicaux en cas de problème de santé.

Page 1 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén | MENTIONS LÉGALES | POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ