Assurances annuaire

Le bon coin des assurances en France

Catégorie : CMU

Hausse du taux de croissance des contrats maladie complémentaire  et des contrats au premier euro

La souscription d’une mutuelle senior est indispensable pour rembourser le reste à charge des seniors après les soins. Les assurés peuvent choisir le niveau de remboursement et les postes de santé à renforcer pour bénéficier d’une couverture optimale en toute circonstance. Il est aussi important d’avoir une assurance maladie, car la complémentaire santé est prévue pour rembourser les frais non ou moins prise en charge par la Sécurité sociale. Une protection complémentaire santé est proposée gratuitement pour les Français : la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). Elle est accordée pour un an et son attribution se fait sous conditions de résidence et de ressources. D’après l’étude réalisée par le fonds CMU-C, le taux de croissance des Assurances maladie complémentaire a progressé en 2017.

1,59 million de consommateurs de produits d’assurance maladie complémentaire

Depuis plusieurs années, le taux de croissance des contrats maladie complémentaire connait une continuelle progression. Selon le rapport du fonds CMU-C, ce taux est actuellement très élevé avec plus d’un million d’usagers. En effet, de plus en plus de personnes font usage de ces types de contrats au cours de ces cinq dernières années avec une hausse de 7,9 % pour l’année dernière. De 2012 à 2017, le nombre de clients des établissements d’assurances maladie complémentaire est passé de 1,01 à 1,59 million. Le taux de consommation d’une assurance maladie complémentaire est en hausse de 75,8 % en 2017, mais il est en baisse de 1,8 point par rapport en 2016 et de 24,2 points par rapport en 2015. La consommation des contrats ACS du type A, B ou C est le plus important avec 1,21 million d’usagers en une année, soit une croissance de 8,3 %. Le contrat du type A est l’assurance la moins consommée tandis que le contrat C est le plus sollicité par les Français avec 40 % des usagers. Le rapport note aussi que l’évolution du taux de croissance a engendré le développement de la TSA (Assiette de la taxe de solidarité additionnelle). L’assiette TSA a atteint un taux de croissance de 2 % en 2017, soit une trentaine de milliards d’euros environ.

Forte croissance des contrats au premier euro

Les contrats au premier euro enregistrent une forte hausse. Une grande partie des contrats au premier euro est composée de contrats classiques responsables qui ont favorisé cette performance : hausse de 3,4 %. Le rapport du fonds CMU-C précise que les principaux acteurs de la complémentaire santé rapportent beaucoup à l’assiette totale de la TSA. Parmi les 477 établissements de la complémentaire santé, les cinq meilleurs établissements ont contribué à hauteur de 40 % sur la somme totale de la hausse tandis que les cinq entités ayant enregistré des assiettes déficitaires représentent 38 % de la baisse de ce montant. La nature des contrats influence généralement les résultats. Si certains enregistre une croissance remarquable, d’autres sont en forte régression : contrats au premier euro (105,50 %), contrats agriculteurs non responsables (45,80 %), contrats classiques responsables (3,40 %), contrats IJ non-responsable (2 %), contrats classiques non responsables (1,50 %), contrats agriculteurs responsables (-6,90 %), contrats IJ responsable (-21,50 %) et contrats art. 998 CGI (-45,90 %).

Demander une ACS pour surveiller son budget mutuelle santé senior

 

A la retraite, le revenu diminue alors qu’il y a des charges qu’il ne faut pas négliger : c’est le cas de la mutuelle santé senior. La souscription d’une complémentaire santé pour senior est indispensable comme les besoins de santé augmentent avec l’âge et les frais de santé d’un senior sont assez élevés. Lorsque le montant de la retraite est faible, c’est-à-dire juste au-dessus du seuil plafond d’attribution de la CMU-C, le retraité peut obtenir une Aide pour une Complémentaire Santé (ACS). Cette aide financière permet de payer la mutuelle santé du senior, que ce soit un contrat en cours ou un contrat nouvellement choisi, sachant que ce contrat facilite l’accès aux soins grâce à la prise en charge la part complémentaire de ses dépenses de santé. Pour les personnes âgées de 60 ans et plus qui sont éligibles à l’ACS, une aide de 550 € par an leur est accordée. Le senior peut ainsi accéder à un contrat d’assurance complémentaire santé, mais également à une attestation chèque assurant la réduction des cotisations et une dispense d’avance des frais de pris en charge. Quelle que soit la situation d’un retraité donc, il peut souscrire une mutuelle santé avec un renforcement des postes de santé qu’il juge importants selon son état de santé et ses besoins. Avant de souscrire une complémentaire santé, il est important de faire un bilan de santé pour s’assurer que le contrat choisi est parfaitement adapté à sa situation, autant en termes de coût que de garanties.

Une dépense de santé mieux maîtrisée

L’ACS est une aide financière accordée aux personnes, dont les ressources sont légèrement supérieures au plafond d’éligibilité du CMU-C qui est fixé actuellement à 8 592,96 euros de revenus annuels. Le plafond de l’ACS est aujourd’hui fixé à 11 600,49 euros par an. Une Aide pour une Complémentaire Santé donne droit à une somme d’argent destinée à payer son contrat de complémentaire santé. Cette aide financière permet de réduire le montant de la cotisation annuelle d’une mutuelle santé pour senior, et dans certains cas de le prendre en charge entièrement. Concrètement, le retraité est dispensé totalement de l’avance des frais de consultations et bénéficie des tarifs médicaux sans dépassement d’honoraires dans le cadre d’un parcours de soins coordonnés. Cela s’applique chez tous les praticiens même ceux pratiquant des honoraires libres, sauf en cas d’exigences particulières de la part du senior, dont la visite en dehors des heures habituelles de consultation ou encore la visite à domicile non justifiée… Le senior est aussi dispensé des franchises médicales et de la participation forfaitaire de 1 €.

Conditions d’attribution

Pour accéder à l’ACS, accordée pour un an et renouvelée chaque année, le senior doit respecter le plafond annuel de ressources fixé par l’Assurance Maladie. Ce plafond est fixé selon le plafond d’attribution de la CMU-C. les ressources du souscripteur à la mutuelle senior doivent être ainsi comprises entre le plafond de ressources de la CMU-C et sa majoration de 35 %. Les ressources prises en compte dans l’octroi de l’ACS sont celles des douze derniers mois. Elles peuvent varier en fonction du lieu de résidence et de la composition du foyer. Le senior doit aussi respecter certaines conditions comme la résidence en France depuis plus de trois mois.

Protection universelle maladie (PUMA) et mutuelle senior, une couverture optimale pour les seniors !

Depuis 2016 avec l’application de la Protection Universelle Maladie (PUMA), les seniors pouvaient recevoir une prise en charge des frais de santé lorsqu’ils travaillent ou résident de manière régulière en France. La Protection Universelle Maladie est une bonne base pour couvrir les seniors après leurs retraites. Couplée à une mutuelle santé senior, elle offre une couverture médicale optimale en réponse aux attentes des seniors qui ont des besoins supplémentaires en santé à cause de l’avancé de leurs âges. La PUMA remplace la CMU en apportant quelques modifications comme l’étendue de sa portée ou encore la simplification de la démarche. Elle permet à toutes les personnes qui travaillent ou résident régulièrement en France d’être couvertes par l’Assurance maladie. Cependant, la cotisation varie en fonction de l’assuré et plus précisément de son revenu. Pour une personne active, les cotisations sont calculées en fonction des revenus. Pour une personne sans activité avec un revenu supérieur à 9 654 €, elle doit payer une cotisation subsidiaire maladie. Pour une personne sans activité ou avec de faibles revenus, ou encore retraitée, aucune cotisation subsidiaire ne lui sera perçue. La Protection Universelle Maladie concerne donc les retraités, à condition qu’ils sont résidés en France depuis au moins 3 mois, puis 6 mois par an. A noter que les retraités sont toujours couverts par le régime obligatoire qui est généralement associé à l’organisme gérant leurs pensions de retraite. Toutes ces personnes sont donc obligées de présenter un justificatif de résidence d’une durée minimale de 3 mois ou au moins 6 mois par an. Seuls les bénéficiaires de certaines aides comme l’allocation personnalisée d’autonomie, l’allocation de solidarité aux personnes âgées et le revenu de solidarité active sont par ailleurs dispensés de cette justification de résidence.

La mutuelle santé pour senior

La PUMA a remplacé la CMU, mais le principe et les critères d’attribution restent les mêmes. Il reste donc certaines dépenses qui ne sont pas couvertes par la Protection Universelle Maladie au point que la souscription d’une mutuelle santé senior devient inévitable pour les personnes âgées avec leurs besoins en couverture de santé et les dépenses liées qui augmentent avec l’âge. Les solutions dédiées aux seniors sont nombreuses, il est indispensable de faire le point sur ses besoins en assurance santé et de bien comparer les différentes offres selon leurs tarifs et les garanties incluses. L’arrivée à un âge plus avancé nécessite de bien étudier l’étendue de certaines garanties de la mutuelle santé senior qui apportent une couverture renforcée notamment sur les frais d’optique et dentaire, les frais de praticien spécialisé et médecine douce, les frais d’hospitalisation, l’aide à domicile et les éventuelles maladies chroniques. La complémentaire santé pour senior reste donc intéressante et vivement conseillée pour supporter les dépenses liées par exemple aux consultations chez un spécialiste pratiquant les dépassements d’honoraires, au petit appareillage ou encore aux différentes cures, seule une mutuelle efficace peut vous apporter un complément de remboursements appréciable. Avec une mutuelle efficace donc, les seniors peuvent espérer un remboursement appréciable sur les dépenses qui ne sont pas couvertes par l’assurance maladie.

CMU et le renoncement au soins médicaux

Une nouvelle étude démontre que les personnes bénéficiant de l’aide à la complémentaire santé ou la couverture médicale universelle renoncerait moins aux soins médicaux pour cause financière.

En effet  en temps de crise on a tendance à se préoccuper des besoins vitaux et engagé  des dépenses en soins médicaux devient facultative.

Pour attester de cela une étude de la DREES à démontrer que le risque de renoncer aux soins de santé et devisé par 2 pour les personnes bénéficiant d’une CMU ou une complémentaire santé même si celle-ci reste une formule de base remboursant à un taux basique de 100% même si celles-ci ne rembourse pas ou assez peu des dépenses relatives aux prothèses dentaires ou optique.

Rappelons que la couverture médicale universelle couvre plus de 5 millions de français en 2015, et est financé par la taxe prélevé sur les contrats complémentaire santé à un peu prés 6% du chiffre d’affaire enregistré par ces dernières.

 

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén | MENTIONS LÉGALES | POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ